2008/04/28 - Un soir de printemps

Écrit par Laurent Carte.

Image
Vue d'en face
Vue d'en face, un soir du mois de mai, la baie de Marseille respire le calme. Aucun des bruits du port ne traverse l'espace marin jusqu'aux rivages d'en face. Un air frais descend dans le vallon, un grillon émet son bruit rapeux. Il y a dans l'air des effluves de fleurs sauvages, des odeurs de romarin et de thym mélées. Il faut attendre, attendre la bonne lumière, attendre le bon moment. En réalité, c'est faux. C'est un prétexte. Pour glander un peu. Je me dis toujours que le métier de photographe est un métier de déménageur réveur : on passe son temps à trimballer un matériel aussi lourd que coûteux servant de prétexte pour regarder le soir descendre sur la ville silencieuse en toute bonne conscience (la mienne, pas celle du soir de printemps). Fainéant, va !